Au bas du décret 2011-219 du 25 février 2011, on trouve la signature de François Fillon, Premier Ministre, et de quatre autres ministres.
Voilà qui ressemble, me direz-vous, à une mobilisation unanime de l’État au service de la proclamation d’une France novatrice dans le domaine des libertés, de l’utilisation des nouvelles technologies, de la démocratie; d’une France porteuse d’un message d’espoir et d’encouragement envers tous ces peuples qui trouvent dans ces outils que sont internet et les « réseaux sociaux » le moyen de se défaire de leurs dictatures ou plus modestement des restrictions de liberté qui tentent de les museler.
Non.
Au moment même où des pays presque oubliés reprennent voix dans le concert des peuples, la France proclame sans préavis la mort des services d’hébergement de contenu, la fin des plateformes collaboratives, la disparition des éditeurs autogérés, la fermeture des forums de discussion, l’arrêt ferme et définitif de toute perspective de développement de l’industrie « internet » (hébergeur technique, éditeur de service, éditeur de logiciel).
Comment ?
En décrétant, ce 25 février 2011, que toute transaction et, surtout, que toute action de création ou de modification de contenu, par quelque procédé que ce soit, sur quelque support que ce soit, doit pouvoir être rattachée à son auteur comme personne physique, et permettre le recoupement de l’instant, de l’adresse IP utilisée, de l’adresse email, des coordonnées bancaire, du mot de passe et des moyens de le modifier, et ce pendant un an.
Vous n’y croyez pas vraiment ? Eh bien voici le décret au format PDF, pour vous permettre de le consulter sans laisser de trace sur les serveurs de ce cher gouvernement français, à diffuser librement et discrètement à vos amis (ainsi que l’article de la loi LCE à laquelle il fait référence).
Ce texte en effet concerne aussi bien les hébergeurs (le « 1 du I de l’article 6 de la loi du 21 juin 2004 susvisée »), mais aussi tout éditeur de contenu ou d’une plateforme de contenu (le « 2 du I de l’article 6 de la loi du 21 juin 2004 susvisée »).
Cela au prétexte, encore et encore, de la lutte anti-terroriste.
Il nous reste deux options:

  • continuer de s’exprimer publiquement en se sachant fliqué (les tunisiens ou les libyens ont beaucoup à nous apprendre en ce domaine)
  • se contenter de parler chez soi, entre amis, sans aucun artifice technologique, autour d’un verrre de vin

Ah si : il est aussi possible de quitter le pays. Le texte ne s’applique qu’en France !
Ou de faire entendre raison au gouvernement, en suivant l’exemple du « printemps arabe ».

Average Rating: 4.6 out of 5 based on 200 user reviews.

C’était le titre d’un article du Monde du 19 septembre 2006. Et la tonalité des résultats d’étude évoqués était plutôt inquiétante.

Autre indice de la non fiabilité des études actuellement disponibles, la dénonciation par l’IGAS et l’IGE de la compromission avec les opérateurs de téléphone mobile d’experts ayant participé à l’élaboration de l’avis de l’agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset). Le président de l’Afsset a même reconnu, a postériori, que cette étude n’était pas à la hauteur des exigences scientifiques de l’agence.

Alors, doit-on se réjouir de la publication d’une nouvelle étude Danoise sur une population et une période conséquente ? Elle semble indiquer que l’utilisation de téléphone GSM pendant 10 ans ne favorise pas significativement l’apparition de cancers.

Les conclusion précisent cependant qu’il n’est pas étudié l’impact d’un usage intensif plutôt qu’occasionnel du téléphone mobile. Et je crois me souvenir que le Danemark est un petit pays (par son étendue géographique), donc que la densité des antennes relais doit y être souvent assez forte.

Or il me semble que la puissance d’émission des téléphones peut varier dans un rapport de 1 à 1000 selon les conditions de réception, et cette puissance affecte immédiatement les cellules du cerveau présentes à proximité du téléphone. En conditions de réception difficile, et lors d’un usage fréquent de GSM dans celles-ci (campagne, montagne, véhicule en déplacement rapide), il me semble extrêment recommandé et prudent d’utiliser un kit main libre pour éloigner le téléphone du cerveau.

S’il n’y avait pas de risque, pourquoi SFR offrirait-il un kit main libre à ses abonnés ?

Qu’en dites-vous ?

Average Rating: 4.5 out of 5 based on 288 user reviews.

Les OGM sont une menace sur la biodiversité végétale et animal aussi concrète et tangible que les pesticides ou la déforestation.

La biodiversité est fondamentale pour préserver les capacités de la nature à résister aux évolutions de l’écosystème qui nous entoure, et au chocs extérieurs tels que le réchauffement climatique, ou encore les pandémies comme la grippe aviaire.

Préserver le continent européen de la tentation OGM comme solution aux besoins d’accroissement de la productivité de l’agriculture, c’est prendre une décision politique forte et responsable pour l’avenir de l’écosystème du continent Europe.

C’est le moment d’agir, notamment avec la pétition du WWF.

Average Rating: 4.9 out of 5 based on 155 user reviews.

Vous aménagez, rénovez ou faites construire votre maison. Fatalement, vous êtes amené à vous poser la question "quelle solution énergétique durable pour mon chauffage et l'eau chaude sanitaire ?".

Mieux que le Googling pendant des heures, le salon batir écologique, à la Cité des Sciences de la Villette, vendredi 1er, samedi 2 décembre et dimanche 3 décembre 2006. Des dizaines de professionnels à consulter, et des conférences, notamment sur la conception bioclimatique.

Vous pourrez y retrouver notre conseil en chauffage solaire, mixte, gaz naturel et chaudières Viessmann, l'entreprise Ploteau.

Average Rating: 4.8 out of 5 based on 167 user reviews.

Grâce à Télé Nantes et à Video Home stories, découvrez tous les mois une sélection de films courts en animation, création vidéo contemporaine, art vidéo, et dessin animé dans l'émission "sous la douche".

Des choix originaux, ancrés dans la production du grand ouest, réalisés par des particuliers expérimentateurs comme des artistes établis, choisis avec soin et composant chaque mois un délicieux repas pour vos yeux et vos oreilles.

Télé Nantes est diffusée sur Freebox, "Sous la Douche" passe plusieurs fois par mois, retrouvez les dates et le programme.

Average Rating: 4.9 out of 5 based on 295 user reviews.

La publicité a besoin de "temps de cerveau disponible", selon la formule célèbre du patron de TF1.

Ainsi, la presse nationale quotidienne, et encore plus la presse magazine, est-elle devenue un support de publicité, depuis que son lectorat payant a baissé, et que ses coûts ont augmentés (photographies et impression couleur, diversification tous azimuths pour occuper le terrain ou prendre du marché publicitaire à ses concurrents – qui disparaissent maintenant – phase de concentration dans les cycles de l'économie captialiste).

La presse support de publicité, cela veut dire que chaque publication doit s'identifier un public cible, le qualifier, le tenir par tous les moyens, et vendre le temps de ce public (ainsi que sa capacité à consommer, son pouvoir d'achat, voire seulement de prescription d'achat) aux annonceurs à la recherche de supports pour toucher la cible de leur campagne publicitaire. Cela veut dire également une presse dont les actionnaires sont les financiers et les industriels.

Dès lors que le temps passé sur internet par les consommateurs croit nettement plus que le temps à lire la presse (donc leur temps de cerveau disponible), la presse manque d'air, d'argent et manque de s'étouffer. C'est l'exemple du journal Libération, dont les besoins de financement proviennent à la fois de ses projets de diversification pour conserver son lectorat sur d'autres supports, que de la baisse de son lectorat payant sur papier.

Pourtant, une information qui ne se résumerait pas à de la digestion rapide de communiqués de presse conçus par les communiquants à l'attention des investisseurs financiers est vitale pour une société qui tente de rester démocratique.

Plutôt que de rester esclave de la pub, la presse aurait tant à gagner de prendre l'audace de se libérer de la publicité. Et de faire appel à des artistes pour égayer ses pages si vraiment cela manque.

Une publication a pris ce chemin il y a longtemps déjà, mais a tout de même oublié de communiquer pour développer son lectorat. Il s'agit de Politis. Politis est en mauvaise passe ces jours-ci, et a besoin très vite d'un million d'euros pour donner l'opportunité à ses rédacteurs de reprendre un projet éditorial de qualité, qui a manqué jusqu'alors de gestion et de diffusion.

Pour lire Politis, c'est ici, le soutenir et s'abonner, allez sur le site de "Pour Politis".

Average Rating: 4.7 out of 5 based on 295 user reviews.